Généalogie CAMON & LAMOTTE BREBIÉRE SOMME
Nombre total de Visiteurs venus sur le site


Free counter and web stats

Pissy

 




Blason de la commune de Pissy créé par Jacques DULPHY en 2017.
Les couleurs azur (bleu) et or (jaune) sont celles de la famille De Chassepot de Pissy.
Ce blason comporte une couronne à trois tours, symbole des communes,
deux truelles d’or passées en sautoir la poignée vers la pointe qui ouvre sur une rose d'or.
Sur les flancs se trouvent deux pommes feuillées et en pointe le poisson.


La pomme rappelle la belle de Pissy variété de pomme ancienne.
Le poisson pour l'origine du nom "Piscicum"
La truelle pour les très nombreuses familles de maçons qui à partir du XVII° siècle
construisirent de nombreux édifices et châteaux dans les environs de Pissy et à Amiens.
La famille de CHASSEPOT a autorisé l'utilisation d'une rose d'or de son blason.










1-Situation géographique
2-La situation administrative
3-La population
4-Les sources
5-L'église
6-Les Curés de Pissy



Retour Haut

1-Situation géographique

Pissy situé au sud-ouest d'Amiens dépend
de la Communauté d'agglomération d'Amiens métropole.

Canton d'Ailly-sur-Somme
Code postal : 80540; code INSEE : 80626
Superficie : 6,85 km²
Altitude de 91 à 125 m
49°51’46’’de latitude nord
2°07’54’’ de longitude est



1.1 Lieux-dits



Lieux habités :
Pissy Le château

Lieux-dits non habités :
Au bout du Plan
Au chemin de Bovelles
Champ des prêtres
Chemin Notre-Dame
La Longue Raie
Le Bosquet
Le Caravia
Le Chemin de Clairy
Le Maillet
Le Meurisson
Les Carrières
Notre Dame du Chêne

Orographie (relief)
Fosse Brûlée
Haut de Seux
Vallée Robinette

1.2 La glacière de Pissy

L'ancienne glacière du château est située rue du Hautbout.
La glace était autrefois un produit de luxe. En attendant les périodes de chaleur, de décembre à février, la glace était stockée dans des puits, appelés puits à glace ou glacière.
Ces puits étaient maçonnés. La glacière de Pissy a une forme d'entonnoir.
Cette glace provenait des mares gelées où régulièrement une couche de 3 à 5 cm était récupérée. La glace était posée sur un lit de fagots pour permettre l'évacuation d'une partie de la glace qui fondait.
Cette eau était évacuée dans un puisard. À défaut de la glace, de la neige tassée y était entreposée.


Glacière de Pissy
La glacière est située prés de la mare de Pissy.


La Mare


Retour Haut

2-La Situation Administrative



Anciennes dénomination :

Pisciacum en 751
Piccium en 1146
Pisci en 1248
Pyssi en 1301

En 1899 Fidèle PECQUET, instituteur, dans le questionnaire Notice "géographique et historique communal" indique que Pissy a porté de nom de Pissy belle mare .

Organisation ecclésiastique
Vocable : Saint Fuscien
Paroisse du doyenné de Conty
Diocèse d'Amiens

Revenu de la cure en 1730 : 400 livres
Le curé de Pissy, deux chanoines de Saint Martin de Picquigny, le doyen et le chancelier du chapitre de la cathédrale d’Amiens percevaient des dimes sur des possessions à Pissy.

Organisation civile.
Bailliage et siège présidial d'Amiens
Élection d'Amiens
Intendance de Picardie
Grenier à sel d'Amiens.

Retour Haut

3-Population

Gentilé : Les Pisséens

DICTON

""Pissy sans pissieux S'roit un sieu sans ieu ""

Source Dictionnaire Historique et Archéologique de Picardie
Années Feux Habitants
1698 - 315
1724 79 347
1725 74 290
1726 ;79 277
1760 90 160
1772 44 262
781 77 -
1790 80 -













La différence de 57 habitants entre les années 1724 et 1725 ne s’explique pas par le solde naissances et décès de ces années.

1723 : naissances : 10 - décès : 8 soit un solde de + 2
1724 : naissances : 10 - décès : 3 soit un solde de + 7
1725 : naissances : 5 - décès : 2 soit un solde de + 3
1726 : naissances : 8 - décès : 7 soit un solde de + 1

1817
Récapitulation des habitations solvables :

108 maisons dont 15 d’indigents et 5 vacantes.
194 hommes et femmes
243 filles et garçons de moins de 30 ans
6 célibataires
Soient 443 habitants




































Plan de Pissy en 1804
Réf : 3 P 1059 - AD SOMME


3-1 Les recensements

<
Années Maisons Ménages Habitants
1836 118 - 476
1851 111 111397
1872 98 108 338
1881 89 95 295
1906 87 75 236
1911 86 69 223
1921 84 77 317
1926 82 73 196
1936 80 72 196
















1851

Le recensement mentionne 4 aveugles, 2 borgnes, 1 sourd-muet et 2 infirmes
Et la répartition des individus par secteur d’activité est la suivante

Secteur d'activités Individus
Agriculture 98
Petite industrie et marchands 55
Industrie de l'habillement 21
Industrie de l'alimentation 19
Industrie du transport 2
Autres états 12
Professions libérales 14
Domestiques 24
Sans moyen d'existence 5
Femmes à charge de leur maris 64
Enfants à charge de leurs parents 79

















1872
Suite au conflit franco-allemand de 1870,
le recensement de 1872 comporte des rubriques particulières :

Les étrangers vivants en France : 1 -Liste des alsaciens et lorrains nés dans des territoires cédés à l’Allemagne :

néant


2 - Les étrangers de nationalité française : néant
3 - Les femmes qui ont épousé un individu d’une nationalité différente de la leur : néant
4 -Les étrangers naturalisés français : néant
5 - Les français qui se sont fait naturalisés étrangers. : néant.

1921
Ce recensement mentionne les réfugiés dont le ménage entier est encore dans la commune
Français : 11
Etrangers : 11

2011
287 habitants

3. 2 - Les rues de Pissy

- 1851 1872 1881 1906 1911 1921 1926 1936
Rue du Haut Bout X X X X X X X X
Rue de Molon (Moellon) X X X X X X X X
Rue du Trinot (Traineau) X X X X X X X X
Rue des Racques X X X - - - - -
Rue des Boues - - - X X X X X
Rue Neuve - - - - X X X X
Rue Lambin - - - - - X X X
Place de l'église - - - - - X X X




Rue du Moëllon

Retour Haut

4-Les Sources


4 - Enregistrement des naissances, mariages et décès


En août 1539, l'ordonnance de Villers-Cotterêts, promulguée par François 1er est le texte législatif qui rend obligatoire :
- l'utilisation de la langue française pour tous les actes administratifs et de justice.
- la tenue de registres destinés aux baptêmes et aux sépultures.

En 1579, l'ordonnance de Blois promulguée par Henri III rend obligatoire la tenue des actes de mariages et rappelle que les registres doivent être conservés dans les églises.


Les registres étaient rédigés à la plume d'oie

En 1667, l'ordonnance de Saint Germain-en-Laye ou code Louis (Louis XIV) rend obligatoire la tenue en double des registres afin de réduire
les risques de pertes (guerre, incendie, rongeurs ) .Un exemplaire est conservé au Greffe du Bailliage (Greffe du Tribunal d'instance après la Révolution).

C'est cet exemplaire qui se trouve aujourd'hui aux Archives départementales. Le second exemplaire est conservé au niveau de la cure après visa du greffe
Le papier timbré devient obligatoire

En 1691 Un édit de Louis XIV rappelle ces règles

.En 1787, le traité de Versailles, signé par Louis XVI, permet aux non catholiques, d'être enregistrés dans les registres paroissiaux.

En 1792, les registres détenus par les curés sont récupérés par les Maires.


4.1 La grève des curés

Les curés devaient payer les registres, le papier timbré et confectionner l'encre utilisée.
Aussi de nombreux prêtres en France se rebellèrent et firent grève en ne rédigeant qu'un seul registre qu'ils conservèrent.
Cette contestation dura environ 1708 à 1736.
L'exemplaire incomplet qu'ils transmettaient chaque année au bailliage d'Amiens, se trouve aux Archives départementales.


4.2 Les registres

Les registres de la paroisse Saint Fuscien de Pissy, commencent en 1600.
Ils contiennent des actes de baptêmes, mariages et de sépultures
Sur le site internet des Archives départementales de la Somme il est possible de consulter :
Les tables décennales de 1792 à 1902 réf : 5MI_D 48

Sous la référence 5 MI_D414
Les baptêmes de 1600 à 1601 de 1605 à 1609 de 1618 à 1628 de 1633 à 1647.
Les baptêmes, mariages et sépultures

de 1681 à 1686 de 1692 à 1716- de 1738 à 1769. De 1770 à 1792

Les naissances, mariages et décès de 1793 à 1814 -de 1815 à 1836,
de 1837 à 1846 de 1847 à 1856 de 1857 à 1874

Sous la référence E_DEP215
Les baptêmes, mariages et sépultures de 1716 à 1737.

Sous la référence 2E_626/8
Les naissances, mariages et décès de 1875 à 1890

Sous la référence 6M626
Les recensements des années : 1817 -1836 -1851-1872 - 1881 - 1906 et 1911

Les recensements des années 1921 -1926 - 1931 et 1936 ne sont consultables qu'aux Archives départementales à Amiens


Retour Haut

5-L'Église

5-1 L'ÉGLISE


Église de Pissy-collection Macqueron

5.1 - Les extérieurs

L'église paroissiale, sous le vocable de Saint Fuscien est du XVI° siècle. Elle est construite en pierres calcaires sur une base de grés.
Les pierres provenaient en partie de la carrière située sous la pelouse du château.
L'abside est à trois pans et l'édifice est soutenu par des contreforts à talus terminés en bahut.
Un larmier gothique entoure l'église, il contourne les contreforts, les fenêtres sont garnies de moulures en archivolte.
La porte principale est ornée d’une moulure en accolade avec à sa gauche un cadran solaire.

Sur le mur de l'église longeant la mairie se trouve deux plaques tombales :
La première :
La première plaque :
Ici repose
le corps de Charles
BENAULT
ancien aubergiste
à Amiens
époux de Marie Thérèse
COINTEMENT
décédé le 12 juillet 1850
âgé de 79 ans.
De Profundis

La seconde plaque :
Marie Jeanne Sophie LEFEBVRE décédée le 13 octobre 1810 à Pissy
à l’âge de 61 ans
Elle était la fille de Pierre louis LEFEBVRE et de Marie Jeanne BAILLEUL,
et l'épouse de Pierre louis LENOËL, maçon de Pissy.

A gauche sur le pilier,
les armoiries
de la famille
De SAISSEVAL
(2 bars adossés)

Contre le mur se trouve les sépultures de la famille de CHASSEPOT et de l'abbé MOUTON, dernier curé ayant résidé à Pissy.



5.2 L'intérieur


L'église comporte une nef unique
dont la voûte générale
est en bois recouvert d'enduit,
avec entraits et poinçons apparents.
La corniche est en bois uni,
ornée de blochets
représentant des têtes humaines grossièrement sculptées.


Le tableau au dessus de l'autel,
rénové en 2004 est classé.

A droite de l'autel
se trouve le "Christ doré"
et à gauche la statue en pierres classée,
"Le Christ aux liens"



5.3 Les statues et plaque commémorative.

L'église possède de nombreuses statues : Les statues de Saint-Fuscien, Saint Roch, La vierge à l'enfant et à l'oiseau toutes trois classées,
Ainsi que l'archange St Michel et Jeanne d'Arc
entourant la plaque commémorant les morts du village de la première guerre mondiale.




5.4 Les fonds baptismaux.

Dessin de 1871
Aujourd'hui


5.5 Deux chemins de croix.

De chaque côté de l'allée centrale, se trouve un chemin de croix sculpté sur pierre.
Le second chemin de croix est visible dans l'entrée de l'église grâce à des bénévoles qui ont retrouvé
les tableaux couverts de fientes de pigeons dans le clocher de l'église et qui les ont restaurés.



5.6 La crêche


Durant la période de l'avent,
une crèche
est visible dans le narthex de l'église.
Les santons retrouvés en mauvais état,
rafraîchis par des bénévoles
ont retrouvé leur fonction.


5.7 Les vitraux

Les armoiries de la famille de CHASSEPOT et alliés figurent sur les vitraux.

Vitrail se trouvant dans le choeur à droite.
Chassepot : fond d'azur à la fasce
ondée d'or, trois roses de même
(deux en tête, une en pointe)
Saisseval : fond d'azur à deux bars adossés d'argent.
COURONNE : marquisat

Le 25 janvier 1735 à Pissy, Jean François CHASSEPOT de BEAUMONT né à Paris, Paroisse St Nicolas des champs, Capitaine, chef pour le vol du héron de la grande fauconnerie de France,
épouse en l'oratoire de la chapelle du château de Pissy avec la permission de l'évêque d'Amiens, Marie Françoise Louise Geneviève de SAISSEVAL âgée de 23 ans,
fille de François de SAISSEVAL, chevalier, Seigneur de Pissy et autres lieux et de feue de CACHELEU Marie Françoise .
Une dispense du 1° au 3° degré de consanguinité a été obtenue par un bulle de la Cour de Rome, fulminée par l'official d'Amiens le 17 janvier.


Ce vitrail se trouve dans la nef (en haut à droite)
Balbe Berton des Balbes de Crillon
et de Mahon : d'or à cinq cotices d'azur
Chassepot : Fond d'azur à la fasce ondée d'or,
trois roses de même (deux en tête, une en pointe)
COURONNE ducale
Devise :"Fais ton devoir, fais ce que tu dois advienne que pourra, sans oultrage, sans octroy."

Louis Antoine François de Paule des BALBES de BERTON de CRILLON, Duc de Mahon, né le 10 mai 1775 à Paris, Grand d’Espagne de 1ere classe ,
lieutenant général des armées des rois de France et d'Espagne, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint Louis et de Calatrava,
il est Louis et de Joseph Anastasie Roman Espinoza de Los Monteros se marie le 21 janvier 1826 avec Laure Marie Charlotte de CHASSEPOT de PISSY,
née le 16 messidor an VIII à Amiens, fille de François Thimoléon, Marquis de Chassepot de Pissy , officier suprême des gardes du corps
du Roi et de Louise Ghislaine Mélanie BOUCQUEL de LA COMTÉ.

Ce vitrail se trouve dans la nef (en haut à gauche)
BLASONS Couronne ducale
Chassepot ; fond d'azur à la fasce ondée d'or,
trois roses de même
( deux en tête, une en pointe) Froissard
: fond d'azur au cerf passant
Devise: "Semper Vigil "Toujours vigilant

Timoléon Charles "Adalbert "CHASSEPOT de PISSY, officier des dragons de la Garde royale, Duc de Pissy (Il ne sera Marquis qu'après le décès de son père)
Fils de François Thimoléon, Marquis de Chassepot de Pissy, officier suprême des gardes du corps du Roi
et de Louise Ghislaine se marie le 23 mai 1839 avec Marie Gabrielle Éléonore de FROISSARD (1807-1844)

Ce vitrail se trouve dans le coeur à gauche.
BLASONS

Chassepot
: Fond d'azur à la fasce dorée
, trois roses de même (deux en tête, une en pointe)


Clermont-Tonnerre :
de gueule à deux clefs d'argent en sautoir.
Cimier : la tiare pontificale
Devise: "Semper vigil " Toujours vigilant

CHASSEPOT-CLERMONT TONNERRE
BLASONS / COURONNE : Marquisat - Lors de son mariage, l'époux était"Comte" ,son père" Marquis" est décédé qu'en 1891.
Le 25 novembre 1865, le comte Alexandre Jean Stanislas Timoléon de CHASSEPOT de PISSY, âgé de 25 ans, né le 26 05 1840
à Pissy, fils du Marquis Timoléon Charles Adalbert de CHASSEPOT de PISSY, âgé de 60 ans et de feue Dame Marie Gabrielle Élèonore de FROISSARD,
Marquise de CHASSEPOT de PISSY, décédée à Nice le 15 12 1844, épouse à Bertangles le 25 novembre 1865 Melle Amédée Marie Berthe de CLERMONT TONNERRE
, née à Tournay (Hainaut) le 27 02 1841, demeurant à Bertangles fille de M. le marquis Amédée Charles Ferdinand Théodore de CLERMONT TONNERRE, maire de Bertangles,
âgé de 58 ans et de Dame Polixène Marie Joséphine Virginie de WIGNACOURT, marquise de CLERMONT TONNERRE.


5-8 Travaux et restauration de l'église:
Source : Municipalité

En 1910, l’intérieur de l'église et les voûtes ont été repeintes.
En 1923, la toiture du clocher et du versant sud-est de la nef a été a été refaite à neuf. En 1940, au moment de la bataille de la Somme, des obus sont tombés prés de l'église.
Ils ont occasionné des dommages à la toiture, aux gouttières, à la porte d’entrée, aux vitraux, ainsi qu'un ébranlement de certaines parties de la maçonnerie
. Pendant la période d'occupation, jusqu'au 31 août 1944, les dégâts se sont aggravés, en raison de l'installation dans le clocher
d'un poste de mitrailleuses destinées à détruire les avions alliés.

Une première restauration a été entreprise de 1950 à 1956. Le clocher a été réduit dans sa hauteur (environ 5 mètres) à cause des dommages causés par le manque d'entretien. En 1999, la toiture fut entièrement rénovée.

En 2009, une restauration des murs a été entreprise avec :
L'architecte : M LÉTOCARD
Le gros-oeuvre par l'entreprise DENIS (M GAMBIER)
L'horloge a été restaurée par l'entreprise HUCHEZ



5.9 Le clocher


La toiture du clocher de l'église bâtie au XVIII° siècle avait été refaite à neuf en 1923.
En 1950, le clocher fut réduit de 5 mètres de hauteur suite aux dommages subis faute d'entretien.
Le haut du clocher soutenant le coq étant devenu dangereux, des travaux furent entrepris sur le haut du clocher et le coq fut remplacé.
Le nouveau coq fut posé le 4 juillet 2016 par l'entreprise FLET.



Retour Haut

6-Les Curés de Pissy


Noms des curés
Années de présence à Pissy
Geoffroy de SAISSEVAL
1600 à 1601
MALLET
1605 à 1609
Mathias BELLOYE
1618 à 1648
Claude de la FONTAINE
1680 à 1712
Martin D'HÉRISSART
1712 à 1764
Jean-Baptiste JOVELET
1764 à 1792
Jean Baptiste Antoine POTRON
1792
. .
Jacques LE BEZAT
1828
. .
Charles Augustin Victor MOUTON
1834 à 1880
Abbé PREVOST
1881 - 1891
Abbé CALLY
1891 - 1896
Abbé CALIP
1896 - 1907
Abbé BIENDINÉ
1907 - 1914
Abbé CALIP
1914 - 1929
Abbé GRÉVY
1929 - 1936
Abbé DAVE
1936 - 1952
Abbé DEQUEN
1952 - 1953
Abbé DIBLING
1953 - 1957
Abbé CARLIER
1957 - 1961
Abbé LARIDON
1961 - 1998
Abbé DALIBOT
1998 - 2010
Abbé
Jean Marie POITOUT
2011


Le 28 04 1712
fut inhumé dans l'église de Pissy à
l'extrémité du choeur, vis-à-vis du crucifix,
Maître Claude de FONTAINE, prêtre curé
de Pissy âgé de 62 ans.
Le 28 avril 1764
est décédé Martin d'HÉRISSART
âgé de 77 ans, prêtre curé depuis 52 ans,
fort respecté pour sa probité,
son zèle et sa charité,
il fut inhumé dans le choeur de l'église prés du Lutrin.


Jean Baptiste JOVELET,
curé de Pissy de 1764 à 1792.
En janvier 1791
il prête un serment restrictif.
Le 10 juillet 1792,
il donne une dispense de bans de mariage au couple DUMNESNIL - LEGRAND
en vertu de pouvoirs que lui a accordé
Mgr de MACHEAU,
seul évêque légitime d'Amiens.











Jean Baptiste JOVELET, en qualité d'ecclésiastique, il était exempté des droits de taille et de capitation. En 1789 il dut acquitter ces taxes au titre
d'une contribution réservée aux privilégiés calculée sur les biens possédés et leurs revenus. Ses impôts s'élevèrent à 191 livres 1 sol.


1 C 1847/2 AD 80

Il émigra le 10 septembre 1792.

Jean Baptiste Antoine POTRON
fut élu de Pissy le 25 novembre 1792. Il avait été auparavant vicaire assermenté
de Saint Pierre des Arcis à Paris,
puis vicaire provisoire
de Notre Dame de Paris
et vicaire en mars 1791.
Le 19 avril 1791
il fut nommé 1er vicaire de Saint Augustin de Paris.


L'abbé
Charles Augustin Victor MOUTON
est né en 1801 à Fluquières dans l'Aisne
il est décédé le 8 octobre 1880
après un sacerdoce de 47 ans
dans la paroisse de Pissy..


Il fut le dernier abbé résidant à Pissy, il repose prés des châtelains de Pissy


Nécrologie de l'Abbé MOUTON

L'abbé PREVOST
En 1870
, lors du séjour des prussiens à Pissy,
il dut fournir 5 kg de fourrage,
5 kg de foins, 14 pains

et loger et nourrir 11 prussiens.


En 1888, le Conseil municipal refusa l'augmentation du traitement de l'Abbé PREVOST


Source : Antiquaires de Picardie

Abbé CALLY 1891 - 1896
Abbé CALIP 1896 - 1907
Abbé BIENDINÉ 1907 - 1914



1-Situation géographique
2-La situation administrative
3-La population
4-Les sources
5-L'église
6-Les Curés de Pissy



Retour Haut

Marie France GOURDAIN MALTZKORN

RETOUR VILLAGES

VOS REMARQUES..SUGGESTIONS...AUTRES..MERCI

Ceci via via le Livre d'Or...... Livre d'Or


        
© Tous droits réservés 2004 Jean-Pierre GOURDAIN